01 48 74 16 48 contact@sneca.fr

7,92 euros en moyenne pour une commission d’intervention, 13 euros pour une lettre d’information aux débiteurs : ces montant facturés en cas d’incident de paiement sont-ils le reflet du coût réel de ces opérations pour les banques ? Pas vraiment, estime Aurélien Soustre, qui dénonce une « véritable machine à cash ».

Aurélien SOUSTRE est cadre commercial dans la banque de détail et membre de la direction fédérale de la CGT banques assurances, représentant les salariés de ce secteur au Comité consultatif du secteur financier (CCSF).

Aurélien Soustre, le traitement des incidents de paiements dans les réseaux bancaires donne-t-il lieu systématiquement à l’intervention d’un conseiller ?

[dt_button size= »small » style= »default » animation= »none » color_mode= »default » icon= » » icon_align= »left » color= » » link= »https://www.cbanque.com/tarif-bancaire/actualites/70018/banques-comment-fonctionne-la-machine-a-cash-des-frais-incident?utm_source=cbanque&utm_medium=email&utm_campaign=lettre-demande-106″ target_blank= »true »]LIRE LA SUITE[/dt_button]