01 48 74 16 48 contact@sneca.fr

Le gouvernement avait promis la création de contrats de complémentaire santé labellisés seniors. Il s’est contenté de modifier la loi Évin.

Pendant leur vie professionnelle, les salariés bénéficient d’une mutuelle payée au moins pour moitié par leur employeur. Mais cette participation patronale s’arrête lors du départ à la retraite. Par conséquent, l’assuré qui souhaite garder sa mutuelle, subit une forte hausse de sa cotisation puisqu’il doit en supporter le coût intégral. 

• Aujourd’hui,la hausse est limitée à 50%

Jusqu’à présent, pour amortir cette augmentation, la loi Évin interdit à l’assureur d’appliquer une augmentation de plus de 50% au tarif global applicable aux salariés en activité, ce plafonnement étant valable sans limite de durée.

Par exemple: aujourd’hui, si votre cotisation mensuelle pour votre mutuelle d’entreprise est de 60€ (30€ à votre charge et 30€ à celle de votre employeur), vous pouvez conserver cette mutuelle lors de votre départ à la retraite. Il ne pourra pas vous en coûter plus de 90€par mois. La hausse paraît forte pour un jeune retraité, mais à plus long terme, avec l’avancée en âge, cet encadrement de l’augmentation peut s’avérer intéressant.

[dt_button size= »small » style= »default » animation= »none » color_mode= »default » icon= » » icon_align= »left » color= » » link= »http://www.notretemps.com/droit/assurance/mutuelle-des-retraites-ce-qui-va-changer-au-1er-juillet-2017,i142468?utm_campaign=news%20edito%20-%20jeudi%2029/06/17&utm_content=nt-coreg-coregfeed-fil-15-reoptin&utm_id=201446424&utm_medium=email&utm_source=Newsletter%20Editoriale  » target_blank= »true »]Lire la suite[/dt_button]